Pourquoi les seniors sont importants – et comment ils contribuent à notre vie quotidienne

Les médias abondent d’histoires sur la façon dont les aînés vont ruiner le système de soins de santé ou comment le système de pensions va s’effondrer sous le fardeau d’une population croissante de personnes âgées.

Ce que nous n’entendons pas au milieu de toutes ces histoires apocalyptiques – qui ne sont pas fondées sur des preuves et qui sont tout simplement fausses – c’est la contribution des aînés à la société.

Le fait que les gens vivent plus longtemps que jamais devrait être célébré comme l’une des plus grandes réussites de l’histoire. Comme le dit l’adage : « Vieillir, c’est mieux que l’alternative. »

Comment les aînés contribuent-ils à la société ?

Comme toute personne plus jeune, ils magasinent, ils utilisent des services (qui emploient des gens) et ils paient des impôts. Ils font aussi du bénévolat ; en fait, de nombreux organismes auraient de la difficulté à fonctionner sans leurs bénévoles plus âgés.

Les aînés donnent aussi généreusement  

Ils font plus de dons de bienfaisance par habitant que tout autre groupe d’âge.

Les aînés font du baby-sitting ; ils s’occupent de leurs petits-enfants. On ne peut qu’imaginer ce qui arriverait à notre économie si, soudainement, aucun grand-parent n’était disponible pour s’occuper des petits-enfants.  Combien de parents devraient se démener pour trouver d’autres options de garde (déjà rares) – ou devraient s’absenter du travail parce qu’ils n’ont pas trouvé d’autres solutions ? Combien de matchs de soccer ou de ballet seraient manqués si grand-mère ou grand-père n’étaient pas là pour conduire les petits-enfants ?

Les personnes âgées s’occupent des travaux ménagers, de l’entretien de la maison et du jardinage, non seulement pour elles-mêmes, mais aussi pour les autres. Ils assurent le transport ou font des courses pour les autres. Ils offrent un soutien affectif et de l’amitié, comme l’aîné qui s’assure que tout va bien et reste pour bavarder avec un ami confiné à la maison.

Les personnes âgées s’occupent de leur conjoint ou de leurs amis.

Pensez à la femme qui assume de plus en plus de responsabilités à l’intérieur et à l’extérieur du foyer alors que son mari commence à devenir fragile. Elle ne se considère peut-être pas comme une personne soignante, mais sans elle, que lui arriverait-il ? Qui ferait l’épicerie, les courses, la cuisine, les rendez-vous chez le médecin ?

Les autres membres de la famille ne sont pas toujours disponibles pour vous aider. Ils peuvent vivre trop loin ou avoir eux-mêmes des problèmes de santé. Il y a des organismes qui peuvent aider, mais la majorité de ces soutiens sont rendus possibles grâce aux bénévoles.

Les bénévoles sont généralement des personnes âgées.

Ensuite, il y a le mari qui s’occupe de sa femme atteinte de la maladie d’Alzheimer, qui, d’instant en instant, ne peut plus se rappeler quel jour de la semaine on est, peu importe le mois ou l’année, si elle a mangé ou ce qu’elle vient de faire ; qui pose sans cesse la même question, oubliant la réponse dès qu’elle est donnée. Il s’assure qu’elle s’habille, qu’elle mange bien, qu’elle prend ses médicaments, qu’elle l’accompagne chez le médecin et qu’elle mène une vie aussi normale que possible. Sans lui, elle ne pourrait plus vivre à la maison, mais devrait être admise dans un foyer de soins.

Grâce à lui, elle peut rester dans un environnement familier le plus longtemps possible.  Grâce à lui, elle n’est pas un  » fardeau  » pour le système de santé.

Laisser un commentaire